samedi 25 mai 2019

Mai 1968 René Goscinny et la brasserie... des copains




Mai 68, Paris est secoué par la contestation, la grève générale amène la pénurie; René Gosciny Directeur de publication et co-rédacteur en chef du journal Pilote marche d’une allure soutenue en direction du 1er arrondissement. La raison de cette cadence est avérée, Pilote ne paraît plus, des auteurs inquiets pour l'avenir du journal sollicitent dans l'urgence un entretien avec lui. Il va à leur rencontre mais les choses ne se passeront pas comme il l'a imaginé. La fièvre  du moment ayant gagné certains esprits, l'arrière-salle d’une brasserie sera le théâtre  d'un après midi particulièrement  houleux.

Se présentant comme à son habitude réceptif et accessible, il ressortira consterné,désappointé, et meurtri. Né la même année qu'Astérix j'ai grandi avec lui, Pilote et ses auteurs font partie de ma culture . Interpellé par cet épisode de la brasserie  j'ai ressenti le besoin d'en savoir plus. Après quelques investigations, des éclaircissements sont apparus, les voici réunis dans un ouvrage et livrés à votre appréciation . 

                           




Préface et illustrations de Nikita Mandryka  







Tout mode de paiement  accepté / sauf les billets de monopoly
Livraison ultra rapide et port gratuit pour tous et partout 

Librairie La Déviation / 1 bis rue de la Boucherie Caudebec en Caux 76490 Rives en Seine 02 35 96 99 18

SCUP 1 cavée Saint-Léger Caudebec en Caux 76490 Rives en Seine Téléphone : 06. 10. 82 .65 .18 / 02 .35 .96. 99 18

Liens de commande

https://www.librairiecoiffard.fr/livre/15641848-rene-goscinny-et-la-brasserie-des-copains-kastelnik-christian-scup
https://www.canalbd.net/canal-bd_catalogue_detail_Rene-Goscinny-et-la-Brasserie-des-Copains--9791096373246
https://www.bdnet.com/catalogue_auteuref_Kastelnik-Christian
https://www.mollat.com/livres/2354065/christian-kastelnik-rene-goscinny-et-la-brasserie-des-copains
https://www.gibert.com/rene-goscinny-et-la-brasserie-des-copains-11258386.html
https://shop.albertine.com/livre/9791096373246-rene-goscinny-et-la-brasserie-des-copains-christian-kastelnik/


De plus votre libraire peut se charger de le commander pour vous ici dessous 
                               La générale du livre Librest




Petit historique / Visant à expliquer ma démarche et le développement des recherches .

Il y a quelques années travaillant sur le projet "La préhistoire du journal Pilote ";
Il m'arrivait souvent de rencontrer dans les forums spécialisés Bd des discussions très intéressantes axées sur ce journal.
Une d'entre elle portait sur l'incident de la brasserie "incident dont j'ignorais tout "mais qui me donna envie d'en savoir d'avantage;
Commença alors la quête des articles de journaux, magazines et ouvrages portant la trace de cet épisode, je recueillis nombre de ces témoignages écrits et les comparais, beaucoup recelaient pas mal d'anachronismes et de contradictions, mais je continuais à les stocker méticuleusement.
Ensuite j'ai du établir un sens logique et chronologique sur maints détails comme par exemple l'endroit d'où aurait pu venir Goscinny pour se rendre à la brasserie, prenant même la peine de vérifier la météo de la semaine grâce au centre officiel des relevés météo pour Mai 1968, la rumeur selon laquelle Goscinny aurait marché sous un soleil de plomb s'avéra totalement exagérée.
Pour continuer il fallait trouver non pas des témoins indirect récitant ce qu'on leur avait raconté  ... mais bien des témoins ayant été quelques fois acteurs de cette *journée (*datée grâce à un de ces derniers )
La chance me sourit plusieurs fois car ils furent nombreux à bien vouloir me raconter (chacun à leur façon) ce qu'ils se rappelaient de cette journée datant de près de 50 ans en arrière.
J'ai ainsi recueilli des détails inédits sur l'avant, le pendant, et l'après réunion: qui donc était là ?Qu'avait dit un tel? Un auteur m'a écrit une lettre de trois pages qui enrichit encore cette collecte de souvenirs.
Je dois vous avouer que quelquefois il y eut réellement des déclarations contradictoires mais tout fut consigné pour rester dans l'objectivité .
Objectivité oui, car je ne prends parti pour personne je livre des souvenirs bruts que l'on m'a confié , ils sont  confortés  par le traçage déjà écrit d'autres témoins .
Au bout du compte les témoins à qui j'ai bien entendu confié pour aval "le pdf finalisé du livre" trouvent en majorité que cela correspond à leurs souvenirs, ils ajoutent que ceux qu'ils découvrent provenant d'autres personnes corroborent les leurs .


Rencontres enrichissantes


Carpentras  









Ce jour là je  rencontre Nikita Mandryka, on se met à causer "Pilote", comme promis il me raconte sa vision des faits de l'épisode : "Mai 68, Goscinny et la brasserie de la rotonde des tuileries".




Nikita Mandryka :"Ça a commencé chez Raymond Poïvet avant la réunion. Comme les premiers arrivés sont d’abord allé le saluer, les suivants voyant que personne n’était présent devant la brasserie montaient au 63 et ainsi de suite cela a fait qu’en haut c’était plein de monde".



















Dans sa façon de parler, d'après le ton de sa voix , dans ces gestes et ses traits de visage ,tout dégageait de la sincérité, il revivait intensément  les moindres détails de cette  sale journée.
Tout ce qu'il venait de me raconter corroborait les dires de Patrice Serres 






    Aubenas 





Patrice Serres dessinateur et sinologue réputé  fut lui aussi présent le même jour au studio  63 de Raymond Poïvet et dans la brasserie .



31 mai 2015 Patrice Serres (à gauche sur la photo) président du 9ème
Carrefour Européen du 9ème Art et de l'image à Aubenas 
aborde les années Pilote pour mon plus grand plaisir




J'ai eu la chance de rencontrer plusieurs fois mr Patrice Serres, le premier contact pris à Aubenas donna suite à une correspondance suivie, le hasard fit que l'on se rencontra une nouvelle fois sur Paris en octobre 2017 lors de la rétrospective  du dessinateur Jean Chakir , après cette dernière nous nous retrouvâmes dans une brasserie et la discussion portât sur l'épisode Goscinny rue des pyramides.











                                               Jean Chakir  06 octobre 2017     
         Rétrospective de sa carrière de dessinateur /scénariste (Galerie Art Maniak Paris)






Je viens de nommer Jean Chakir ,ce gentil monsieur m'avait ouvert sa porte en Novembre et décembre 2014 pour des interviews portant sur Pilote et Pif Gadget ; A cette occasion il m'avait raconté son expérience qu'il avait vécue en 1968 lors de la seconde réunion organisée cette fois par René Goscinny  à Neuilly sur Seine au siège Dargaud , son témoignage très précis fut assez émouvant car ce jour là un auteur leur annonça être très malade et qu'il n'y avait pas d'espoir de guérison.Il m'apprit comment Goscinny s'adressa aux auteurs et surtout de quelle manière il remit les pendules à l'heure. 










                                                                 

On en parle


https://lescoulissesdujournalpilote.blogspot.com/
https://nouveautes-editeurs.bnf.fr/annonces.html?id_declaration=10000000490643&titre_livre=Ren%C3%A9_Goscinny_et_la_brasserie%E2%80%A6_des_copains
https://www.babelio.com/livres/Kastelnik-Rene-Goscinny-et-la-brasserie-des-copains/1153867
http://tropbath.canalblog.com/archives/2019/06/05/37403259.html
http://bdzoom.com/143061/actualites/que-s%E2%80%99est-il-vraiment-passe-au-sein-du-journal-pilote-en-mai-68/
https://www.librest.com/livres/rene-goscinny-et-la-brasserie----des-copains-christian-kastelnik_0-5989985_9791096373246.html?ctx=f3f588e6a9e37000d02aa39e7e96d9d8
https://elouarnblade.blogspot.com/2019/05/pilote-et-les-copains.html
https://l-eusses-tu-cru.blogspot.com/search?q=brasserie
https://www.lambiek.net/artists/g/goscinny.htm?lan=dutch




51 Ans après nous revoici dans la brasserie,cette dernière a changé de nom et s'appelle désormais la Brasserie Saint Honoré 



Cela c'est très bien passé et surtout ... quelles présences!!
Sur les lieux même de l'épisode,ce petit coin de brasserie nous a accueillis chaleureusement .Nous étions 31 mais j'ai du oublier du monde. Bien que dépassant le nombre des présents de 1968 on était à l'aise ce jeudi 12 septembre dans notre petit coin historique dans lequel évoluaient:


Michel Lebailly et madame, Mariano Alda , Catherine Risbourg ,Carine Picaud (BNF) Stéphane Beaumort , Jean-Luc Muller Alias Mandrake , Michel Coste , Philippe Benoist , Jean-yves Freyburger , Yann Bernabot , Kastelnik Christian et son épouse Dolores KastelnikDominique PoncetJean Philippe Renoux , Flavien Piovano (élève de troisième année École nationale des chartes) , Frédéric Bosser , Avril Tembouret , Philippe Cacheux ... Messieurs Jean Mulatier , Jean claude Morchoisne, et madame, Patrice Serres Michel NoirretMircea Arapu , Evariste Blanchet , Yves Frémion ..Je n'ai pas tous les noms en tête + (un écrivain me semblait il et aussi une journaliste) pardonnez moi .Je rajouterais que accompagné de son,épouse, Julian Madison grand connaisseur de Goscinny et d'Astérix avait fait le voyage via la Grande Bretagne exprès pour cet événement et que je viens d'apprendre qu'après mon départ Cyprien Berger et Clément Lemoine nous ont fait l'honneur de leur visite ...pour l'instant cela porte le nombre de participants à 33.

Ayons une pensée amicale pour tout ceux qui auraient voulu venir mais qui n'ont pu le faire car empêchés par leurs obligations, soucis de transports, problèmes de santé personnels ou périphériques ... Et bien sûr un coucou amical à Pierre le Goff et Jean Chakir.



Les photos


 Le studio 63 entrée 
 Vu d'en bas 
 Vu d'en haut 




10 mètres plus loin



Avec sur la gauche Mircéa Arapu dessinateur de Pif le chien Placid et muzo &arthur le fantôme
sur la droite Michel Lebailly Libraire éditeur des éditions Scuo La Déviation qui a eu la géniale idée de me proposer d'éditer mes recherches


                                      Messieurs Morchoisne et Mulatier en pleine discussion

Patrice Serre témoin numéro 1 me certifie sur place
les emplacements des protagonistes de cet épisode


Avec Evariste Blanchet  rédacteur en chef et créateur de la très pointue revue Bananas 



 Jean Mulatier

 Patrice Serres

Je dédicace mon ouvrage , c'est à cette même  place 
qu'était acculé René Goscinny le 21 mai 1968


Pour la postérité de gauche à droite
Noirret Michel celui qui avait bruyamment harangué René Goscinny ,
Kastelnik christian (auteur), Jean Mulatier Caricaturiste
 Patrice Serres Auteur dessinateur  Jean Claude Morchoisne Michel Lebailly Editeur 





Godard Christian Bien reçu votre bouquin, Christian. Merci Cristian de n'avoir déformé en rien mes propos, merci pour cette honnêteté PARFAITE. Quel boulot! Bravo. Et pourtant....vous êtes COMPLÈTEMEENT PASSÉ À CÔTÉ DE LA VÉRITÉ, sans même, j'en suis sûr, vous en douter. Rien, pas un mot sur la vérité vraie qui n'effleure nulle part. Dans aucun commentaire. Un jour, peut`être, je me ferai un plaisir de la révéler POUR DE VRAi. Bravo quand même. Beau boulot.AMITIÉS+
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Mandryka Nikita
objet : Re: Brasserie pour savoir si le courrier ne s'est pas perdu
Oui oui, j'ai été le récupérer hier. Il est superbe ! Merci !
Nikita
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Mariano Alda Lu ce week-end.
Encore une pierre nécessaire apportée à l'édifice "Histoire de la Bande Dessinée".
Bravo Christian 🤗🤗🤗 et dans l'attente du prochain opuscule consacré aux origines de Pilote.
///////////////////////////////////////////////////
 blanchet evariste
Bonsoir Christian,
J'avais bien l'intention d'écrire une critique du livre dans le prochain Bananas. Mais autant te le dire tout de suite : elle sera négative. Je viens de terminer la lecture... qui m'a pris plus de 2h vu les notes que j ai prises.Je ne comprends pas que les personnes à qui tu as fait suivre le livre n'aient pas réagit. Et encore moins qu'un éditeur aussi petit soit il l'ait accepté en l'état. Sans doute ont ils jugé que ton enthousiasme et la sympathie que tu inspires à tes interlocuteurs étaient le plus important. Mais ce qui aurait été admissible pour un simple bulletin de fan ne l'est pas pour un livre. Mais je veux bien admettre que je suis très classique dans ma conception (et la sacralisation) de ce qu' est un livre.Pour faire court, outre les problèmes d'écriture  (de style), il y a des problèmes de structure. En outre, il y a egalement des longueurs, ce qui est problématique pour un texte si court (le rappel des événements de mai 68 par exemple ). Même si les événements a la brasserie ont été confus, le livre ne doit pas l'être. C'est surtout le début qui ne va pas. Après, à partir de la page 45, quand tu abordes la reunion, ses suites et les témoignages, ça va un peu mieux.Si mes propos ne t incitent pas à rompre toute relation avec moi, ce que j espère de tout coeur, on aura l'occasion d'en reparler plus en détail. Mais pour que ce soit constructif, il faudra moi même que je mette mes idees au propre et au clair, ce que je ne pourrais faire qu' au mois d août et à partir du livre lui même et non d un PDF provisoire. Mais je doute que quelques corrections changent quoi que ce soit à mes critiques de fond.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Henri Armagnat Ça y est, j'ai tout lu ! J'adore ton coté entomologiste à compter le temps que Goscinny aurait mis pour se rendre à la brasserie, en tenant même compte de la météo. Sinon que te dire sinon bravo, le livre paraît petit quand on le prend en main mais il est dense en informations (il faut dire que j'avais tout à apprendre sur ce sujet). Vivement le livre de la préhistoire
//////////////////////////////////////////
Ludion Depojo Bravo pour cette recherche de qualité dont on a pu suivre quelques épisodes au travers des post hyper-documentés!
/////////////////////////////////////////////////////
Philippe Benoist Christian, je viens de le terminer. Merci. Au-delà du champ de l'histoire de la BD, c'est un livre qui parle du témoignage (de sa fragilité ?), du ressenti, de la manière dont parfois les choses dérapent... et des conséquences de tout cela. Parce que ce que j'ai trouvé peut-être de plus touchant, c'est comment des années plus tard tout cela pèse encore sur certaines épaules... Une journée particulière... l'homme blessé... les références cinématographiques se rencontrent à la lecture de ce livre... dévoré en une journée En le lisant, je ne pouvais aussi m'empêcher de penser à tous les scénarios de Goscinny, d'Astérix (où les querelles sont nombreuses, parfois spectaculaires, mais jamais méchantes) au Petit Nicolas (et sa bande de vrais copains), et tant d'autres, toutes ces histoires pleines d'humanité, sans jamais être mièvres...Il est bien, ce livre, parce qu'il est en connection avec tout ça. Jusqu'à son titre et sa couverture. Jusqu'au dessin de Mandryka. Jusqu'à sa construction, habile, qui évite tous les pièges dans lesquels il aurait été si simple de tomber... J'arrête là pour deux raisons : je crains que la modestie de l'auteur n'en souffre, et puis, je crains aussi de trop en dire sur le contenu. Je l'ai lu d'un trait (l'impatience !). Je le relirais bientôt, à tête reposé... mais ton Livre est formidable, sois en sûr !... ma dernière remarque (ce message étant la suite du post publié sur ma page FB) concerne la façon dont tu traites l'événement central lui-même. C'est bref, sans fioriture, assez court somme toute... tout est dans l'avant et (surtout) dans l'après. La réunion elle même a en lire le compte rendu, on se dit "eh  ? Quoi ? ça n'était que ça ?". et puis c'est après, dans les réactions de Goscinny et dans la stupéfaction de certains des participants que la violence de ce qui s'est passé explose. La violence... et la blessure de Goscinny, qui ne se refermera jamais. Sa mort brutale en 77 fait aussi que l'on sent que certains des dessinateurs auraient aimé renouer avec lui, lui expliquer combien tout cela avait peu d'importance au regard de tout ce que lui avait réussi a accomplir. Il y a tout ça dans ton livre, ce... chagrin ? oui, je ne trouve pas de mot plus approprié. Il est très beau, ton livre..
/////////////////////
Farid Boudjellal Reçu, lu et apprécié. .
//////////////////////
Par Gilles Ratier
Il va falloir patienter jusqu’au 16 septembre 2019 pour tout savoir sur l’événement qui a traumatisé René Goscinny et secoué le monde de la bande dessinée francophone (tout particulièrement la revue éditée par Georges Dargaud), en cette période révolutionnaire, ceci grâce au livre « René Goscinny et la brasserie… des copains » dû à Christian Kastelnik que publiera la librairie La Déviation à cette date précise.
Cela fait des années que ce passionné (et c’est peu dire !) travaille sur l’histoire du journal Pilote. Il a même consacré, à ce périodique fondateur, un site passionnant, rempli de documents étonnants et peu connus dont nous avons déjà vanté les mérites ; voir Un site entièrement consacré au magazine Pilote, créé il y a tout juste 55 ans !.
Cette fois-ci, Christian Kastelnik a enquêté sur l’épisode dit « de la brasserie », où René Goscinny, alors directeur de publication du journal Pilote, fut opposé à une vingtaine d’auteurs. Des témoignages de cet événement figuraient déjà dans les excellents ouvrages sur Goscinny ou Pilote signés par José-Louis Bocquet, Marie-Ange Guillaume, Numa Sadoul, Patrick Gaumer et Guy Vidal, où encore tout récemment par le dessinateur Nicoby et le journaliste Éric Aeschimann dans « La Révolution Pilote » chez Dargaud (voir Autobiographie d’acteurs du 9e art ou vie d’auteurs de BD en bandes dessinées…). Cependant, l’abondance de commentaires n’a-t-elle pas étouffé les faits ? En effet, on y parle de tribunal stalinien, de meurtre du père, de conflit de générations, de révolution…
////////////////////////////////////////
Christian, l’archéobédéphile de notre siècle.
Ses informations sur Pilote sont devenues références et ont été reprises dans les derniers ouvrages consacrés à ce mythique journal.
Du grand travail.
///////////////////////////////////////
Salut Michel,
Ravi de reprendre contact avec toi.
Christian m'a envoyé le PDF de son formidable petit opuscule sur le "procès stalinen" de Goscinny en Mai 1968. Il serait utile qu'une relecture attentive soit faite car il reste quelques fautes (De Gaulle, d'avantage...), mais c'est un petit livre passionnant.
Évidemment, nous allons en parler sur ActuaBD. Quelques questions cependant.
Comment le livre sera-t-il commercialisé?
Il ne faut pas oublier qu'ActuaBD approche les quelque 100 000 visiteurs uniques par mois et que dans le tas, nous avons des bibliothécaires, des libraires, des fans de Goscinny, des chercheurs-historiens du monde entier, bref des clients potentiels.
Comment peuvent-ils obtenir l'ouvrage? Tu as toujours ton site de vente directe avec paiement Paypal? Il faudrait une page dédiée vers laquelle diriger les lecteurs de l'article. P
J'insiste sur le côté prescripteur d'ActuaBD. Un papier en amont de notre part va donner le ton sur les articles qui suivent et créer peut-être le buzz. Et peut-être entraîner des demandes de SP... Ma recommandation : publie-le fin août de façon à ce que tous les papiers qui sortiront sur Pilote six semaines plus tard ne puissent pas ne pas le mentionner.
J'ai l'intention de faire une interview de Christian (je ferai cela par mail). As-tu une "photo officielle" de lui. Avec peut-être le livre en main (faire un faux livre au besoin). On parlera bien évidemment de son site/
Je mets mon assistant à la rédaction d'ActuaBD en copie car il m'aidera à gérer ce dossier.Bravo encore à tous les deux pour votre formidable travail de passionnés. Bien cordialement,Didier Pasamonik    Expédié par: ACTUABD SAS Tel: +336 03 84 11 78 Email: didier.pasamonik@pasamonik.com Skype : didierpasamonik
///////////////////////////////////////////
MARIE ANGE GUILLAUME
Coucou Christian ! Michel m’a envoyé ton livre, que j’ai lu avec énormément de plaisir, à ma grande surprise. 🙂 Je ne voyais pas trop l’intérêt de cette enquête pointilleuse que tu semblais mener, j’avais peur de me barber et j’avais grandement tort. Sorry ! C’est, évidemment, formidablement documenté, et surtout, j’aime ta manière de raconter les choses, avec humour et finesse. Je reconnais bien tout le monde, le caractère de chacun, c’est amusant. En passant, Charlier, que j’adorais et qui n’était pas un facho notoire comme le dit Giraud (sinon j’aurais refusé de lui faire la bise comme j’avais fait avec Serge de Beketch, m’a bien fait marrer.) J’ai appris plein de trucs, vu que j’ai débarqué en 72, et que j’entendais vaguement parler de cette « affaire » dans une espèce de brume. J’avais seulement retenu une chose essentielle : il ne faut jamais dire « si je ne te rappelle pas, c’est que tout va bien ». Et puis, si le portable avait existé, ça n’aurait pas eu lieu et Pilote n’aurait peut-être jamais changé, mais peut-être que si, Goscinny étant largement assez intelligent pour sentir les choses venir. Sinon, j’ai une question. Tu peux m’appeler, si ça t’ennuie pas ? (06 71 47 01 57) Et encore, Bravo !
////////////////////////////////////////////////////////
Bonjour,Bien reçu le livre.première émotion avant de le lire, la jaquette : Comment ai-je pu, même involontairement, faire du mal à un homme avec un si bienveillant sourire ?                       Et bien voilà, je l'ai lu avec plaisir et émotion. Je vous félicite pour la méticulosité de votre enquête.Bien à vous! Michel Noirret
///////////////////////////////////////////
Cher  Monsieur  Kastelnik, En core une fois merci pour votre passionnant opuscule. Pierre  Legoff a toujours été très critique avec des prises de positions prises bien arrêtées.Je trouve votre ouvrage excellent, en avez-vous envoyé un exemplaire à  Patrick Gaumer et à  Louis  Cance?Bonne continuation. Très cordialement. GUY LEHIDEUX
Patrice Serres
Cher Christian, Pouvez-vous me joindre par téléphone  au 06 80 24 10 13 ? je n'ai pas vos coordonnées. Pour le reste, je vous donne mon accord pour tout.  Votre enquête est un modèle du genre.Patrice Serres Je crois, cher Christian, que ce petit bouquin est une merveille de précision. Cette reconstitution finit par prendre vie avec, même, les petites zones d'incertitudes voire de contradictions qui en font tout le prix.
/////////////////////////////////////////////////////
Bonjour Monsieur, N'ayant pas votre adresse, j'utilise ce moyen pour vous remercier de l'envoi du livre. J'ai lu ce dernier avec intérêt et il apporte certaines réponses à ce qui c'est passé ce jour là. Je suis amusé par le Mea Culpa de Mandryka et de Jean Giraud car mon père m'avait rapporté qu'ils avaient été particulièrement virulents lors de la rencontre. Je sais que René Goscinny n'avait jamais vraiment pardonné à Jean Giraud son attitude et les propos qu'il avait tenu. C'est parce que mon père à intercédé en sa faveur et qu'il était le dessinateur de Blueberry qu'il a pu continuer à travailler à Pilote. Encore bravo pour le bon travail accompli et merci. Philippe Charlier
//////////////////////////////////////////////////
Didier Delbos Kastelnik Christian reçu et bien vite dévoré, j'avais bien entendu parlé de cette fameuse réunion, sans rien en savoir vraiment: c'est très intéressant et agréable à lire .Ce qui m'a surtout surpris c'est le côté ultra politisé des auteurs, peut être normal à cette période troublée. J'étais trop petit à l'époque ( j'avais juste 6 ans ) pour en avoir le moindre souvenir , d'autant que j'habitais à Bordeaux. Merci Christian
//////////////////////////////////////////////////////
Michel Viau Commandé, reçu et lu! Très intéressant! Une belle recherche qui éclaire cet événement qui a pris une ampleur mythique (voir La Révolution Pilote).
//////////////////////////////////////////////////////////
Re: Goscinny - Mai 68
Message de LEAUTAUD » 20/07/2019 20:44 Ce livre mérite le succès qu'annonce son auteur, je l'ai lu d'une traite !  (Et lui ayant demandé de le dédicacer lors de ma commande, il l'a fait avec gentillesse, merci à lui.J'ai bien apprécié, au-delà de la restitution documentée des évènements, l'approche historienne laissant ouverte les questions pour lesquelles un doute subsistait.Concernant les témoignages non éditables en l'état, j'imagine qu'ils ne modifient pas fondamentalement l'histoire.Si c'était le cas, je resterai dans l'attente d'une parution ultérieure lorsque ce sera possible (c'est à dire quand il n'y aura plus d'obstacles à leur diffusion).                                                                                                                                                      Ceci dit, quand j'évoquerai avec des amis cet épisode majeur de l'histoire de la bande dessinée je pourrai argumenter avec précision, grâce au travail de Christian Kastelnik.
//////////////////////////////////////////////////////////////////
Re: Goscinny - Mai 68
Message de Jopo de Pojo » 19/07/2019 11:41 Jopo de Pojo » 18/07/2019 14:19
Je viens de terminer ce livre. Instructif, prudent quand l'auteur n'a pas de certitude, factuel. Lecture recommandée, surtout à ce prix d'ami.                                                                                       On comprend en fait qu'il s'agit d'une séquence de plusieurs jours et de plusieurs réunions.       Ce qui m'a étonné : Reiser assistait à la réunion de la brasserie, mais on ne dit rien de son rôle.                                                                                                                                                                     La scène du retour en voiture avec Loro est glaçante. (Cela n'a rien à voir, mais Loro collaborera plus tard à"Minute", sans doute par l'intermédiaire de Beketch, qui fut son scénariste.)                                                                                                                                                Question subsidiaire : il m'avait semblé lire quelque part sur ce forum, mais impossible de le retrouver, que le livre avait été tiré à (seulement) 200 ex. C'est bien cela ?                                     Merci et encore bravo.
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Goscinny - Mai 68
Message de Genug » 05/07/2019 15:34 Reçu et lu. La messe est dire, et bien dite.En bien il fait le tour des témoignages disponibles, les compile et les met en perspective (soulignant au passage certaines zones d'ombre et contradictions dans quelques témoignages), et conclut par un compte rendu de son objet -- la rencontre du 21 mai -- qui semble désormais indépassable (bien que dans sa préface l'éditeur en appelle à d'autres sources potentielles, on voit mal ce qu'on peut encore espérer de plus sur ce sujet précis ?).
Ce que j'en retire, c'est que les vrais perturbateurs étaient extérieurs au journal, et que ceux des authentiques plus ou moins jeunes auteurs qui se sont emballés un peu vite ont tous fait acte de contrition (certains dans les jours qui ont suivi, d'autres des années plus tard) en prenant conscience que Goscinny n'était pas l'ennemi.
S'agissant de Goscinny, tous les témoignages concordent : il était extrêmement sensible (susceptible donc sans doute) et il n'est pas sorti indemme de cet affrontement (Uderzo non plus, fût-ce à distance et indirectement). Quant à Charlier, je découvre qu' avait le cuir épais (il faut dire que lui, les circonstances faisant, n'a pas essuyé le feu au premier rang) et n'a pas pris l'affaire très au sérieux -- il ne l'a fait que parce que Goscinny l'en a en quelque sorte sommé, en se rangeant à ses côtés.
Voilà, je ne crois pas avoir divulgâché quoi que ce soit, et mon petit topo ne remplace certainement pas la lecture dudit instructif opus.
///////////////////////////////////
Jean-yves Freyburger on passera sur l'énigmatique message de C.Godard, mais sinon tu as joué l'équilibriste et vraiment pas facile sur ce sujet ( c'est d'ailleurs peut être ça qui fait que l'on referme le livret en trouvant qu'il manque quelque chose...mais quoi ? une analyse plus poussée? un parti-pris ? je ne suis pas critique professionnel , je ne saurais dire ....

en passant tu as sans doute vu que tu es dans la newsletter de l'excellent forum " Lefranc, Alix, Jhen ... et les autres "